fbpx

Login

VPIP Poker: What You Need To Know

Ce nombre indique la fréquence à laquelle un joueur relance depuis le cut-off, le bouton ou la small blind, c’est le total. Je vais comparer cela à sa fréquence de continuation bet au flop. L’idée ici est de prendre un facteur spécifique comme le Facteur d’Agression Total et de voir le rapport avec d’autres indicateurs d’agressivité. Je vais vérifier deux ou trois fois si ce joueur est vraiment agressif ou vraiment passif ou vraiment loose.

  • Et si un joueur montre qu’il joue différemment de ce que ses statistiques semblent indiquer sur “sa personnalité au poker”, devez-vous être plus prudent ?
  • Un joueur avec de telles statistiques a vraisemblablement compris pas mal de choses au poker et sa sélection de mains préflop est plus difficile à lire, même avec l’aide de logiciels.
  • Il faut plonger dans votre base de données et voir quelles types de mains tel joueur ouvre UTG.
  • Un joueur avec un VPIP et un PFR proches aura également un pourcentage de 3bet plus élevé, car il fait moins de cold-calling.

Si on se fie au VPIP et PFR de nos beaux trackers, on en déduit les range de nos adversaires. Faire la différence entre les joueurs à attaquer et les autres dépendra de votre expérience et de la dynamique du jeu en général. Les joueurs qui relancent beaucoup en milieu de parole peuvent être exploités de la même façon.

Сайт PokerStrategy не доступен в России

Par exemple si un joueur a un VPIP de 20% mais un PFR de 12%, vous savez que 8% du temps, ce joueur limp ou call. Il y a eu de nombreuses innovations dans le monde du poker en ligne depuis sa création, mais il est certain que celle ayant eu le plus d’influence est l’introduction des Heads-Up Display ou HUD. Ce sont des applications qui enregistrent des statistiques sur votre jeu et celui de vos adversaires et les affichent sur les tables de poker. Les logiciels de ce type les plus populaires sont PokerTracker3 et Hold’em Manager. Nous avons demandé à l’instructeur de poker David Chicotsky de nous expliquer l’utilisation de base des HUD.

  • De plus, un logiciel de suivi peut vous donner un aperçu des tendances et des stratégies de vos adversaires, ce qui peut vous aider à les contrer et à les battre.
  • Les logiciels de ce type les plus populaires sont PokerTracker3 et Hold’em Manager.
  • Si nous n’avions besoin que d’une statistique pour pouvoir définir ses ranges, nous n’aurions pas besoin d’un HUD ou d’un tracker.
  • L’outil est convivial et bien pratique pour revoir ses sessions et les mains clés.

Ils en profitent donc souvent pour relancer avec presque n’importe quelles cartes pour voler les blinds (en particulier dans les phases intermédiaires des tournois avec antes). Si jamais un joueur paye après une relance UTG, il est assez simple de représenter une grosse main sur flop. C’est pourquoi certains joueurs appellent la position d’UTG le “nouveau bouton”.

FREE Poker Education

Dans un article très complet, maxtamines vous propose son aide pour exploiter au mieux les statistiques récoltées par votre tracker et affichées par votre HUD. L’occasion de mettre le doigt sur de nombreuses fausses idées… On a donc vu dans la section précédente la fiabilité des statistiques en fonction de leur occurrence.

  • Mais plus qu’un pourcentage, il faut savoir quelles sont les mains réelles avec lesquelles un joueur 3-bet.
  • On relance au Bouton, vilain nous surelance en big blind et notre tracker nous informe qu’il a surelancé 7% du temps.
  • L’avantage est que cela vous coûte moins quand vous êtes obligé de passer.
  • J’imagine qu’un joueur aussi talentueux et gagnant (même en NL10) a du se faire repérer un minimum et affoler les trackers.
  • Si votre adversaire a à la fois des statistiques élevées de c-bet au flop et de c-bet au tournant, alors il fait souvent des barrels avec air.

Le PFR est un indicateur clair de la fréquence à laquelle un joueur agresse préflop. Un joueur qui open-raise et/ou 3-bet souvent est un joueur qualifié d’agressif. Un joueur passif aura tendance à “limp” (suivre la big blind) et à “cold call” (suivre une relance d’un joueur précédent). La dernière statistique est la PPA – Preflop Positional Awareness (ou l’appréciation de la position préflop). Cette statistique est “le ratio de votre PFR au bouton sur le PFR en début de parole dans les pots non-ouverts” et sert à mesurer si un joueur joue plus de mains en position que hors de position.

The 7 Critical HUD and Report Statistics

C’est l’outil de sélection de table ultime, disponible exclusivement dans PokerTracker en tant que service complémentaire. L’idée est de trouver les tables et les adversaires les plus rentables. Il ne sert à rien de jouer contre des joueurs réguliers.

Enfin, un logiciel de suivi peut vous aider à suivre vos gains et vos pertes, ce qui peut être utile pour gérer votre bankroll et votre argent de manière plus efficace. Pokertracker 4 est le choix logique pour les joueurs à fort volume souhaitant investir dans un outil d’aide à la décision complet et performant. Le HUD fournit des indications mais ne doit pas rendre aveugle. Ce sont des facteurs à toujours garder à l’esprit lorsque l’on joue avec un tracker. Vous pourrez facilement personnaliser votre hud selon vos envies ou vos exigences.Voici une capture d’écran d’un Hud « classique » qui contient les stats de base avec lesquelles nous allons travailler. Le tracker, lui, lit en direct tous les fichiers texte de votre répertoire de sauvegarde de mains, et intègre à sa base de données les nouvelles mains enregistrées, dans un format qui lui est propre.

Identifying Player Categories based on VPIP

En effet, normalement, quand on ne connaît pas les tendances de nos adversaires, on a tendance a plus souvent fold que call. La statistique de fold to 3bet devrait donc diminuer avec le nombre de mains jouées. Si votre adversaire part de 25 % après cent mains, il y a peu de chances qu’il finisse à 80 %. Beaucoup de joueurs réguliers ont remarqué qu’une relance UTG a beaucoup de fold equity.

  • En pratique, il y a une vingtaine de stastiques qui peuvent être utiles pour définir les ranges de notre adversaire.
  • Ce que le HUD fait, c’est prendre des données uniquement à partir des mains que vous avez jouées.
  • Lancez-vous et obtenez les versions d’essai gratuites et voyez lequel sera pour vous le meilleur tracker de poker.
  • La probabilité est très grande que votre adversaire call trop souvent les 3bet.
  • Tout ce qui est inférieur est très passif et tout ce qui est supérieur est très agressif.

Un bon moyen de faire la différence est d’utiliser le % WTSD en corrélation avec l’AG. Voir une statistique de poker WTSD est utile, mais voir un nombre et comprendre pourquoi ils vont à l’abattage aussi souvent qu’ils le font est inestimable. Plus vous commencez à jouer sérieusement au poker, plus vous devez jouer de mains.

Le style de joueur TAG : PFR 10-15% avec VPIP jusqu’à 20%

Un autre problème que je vois souvent chez les joueurs débutants avec ce logiciel est qu’ils ne connaissent pas la relation entre tous les nombres. Par exemple le “Total Agression factor” (Facteur d’agression total), le troisième nombre sur le première ligne, est calculé en additionnant les bets plus les raises divisés par les calls. Si un joueur mise et relance beaucoup, son facteur d’agression total va augmenter et s’il call beaucoup post-flop, il va diminuer. Les joueurs très agressifs peuvent également caller souvent, aussi le numérateur et le dénominateur sont élevés. Cela donne un Total Agression Factor plutôt faible qui laisse penser que ce joueur n’est pas agressif. Vous ne pouvez pas vous appuyer sur un simple chiffre mais, vous devez les utiliser relativement à d’autres, comme le pourcentage du temps auquel vos adversaires vont fold face à un continuation bet.

Si vous souhaitez étudier votre jeu par vous-même, le HUD peut également vous y aider. Cela peut être considéré comme l’une des caractéristiques les plus importantes du HUD. Rappelons qu’une différence entre le VPIP et le PFR supérieure à 5 indique un problème d’agressivité préflop et une différence de 10 ou plus indique tout simplement un fish. Je n’affiche pas de code couleur pour cette stat mais avec un CB de 30 on a quelqu’un qui ne mise que lorsqu’il a touché. Plus ça augmente plus vous pouvez envisager la fréquence de bluff.

HUD Poker : utiliser les statistiques (David “The Maven” Chicotsky)

Alors visiblement PT4 a pris le meme concept que HM2 j’imagine. Par contre j’ai trouvé dans les stats PT4, une qui correspond lucky8 à l’ancienne de PT3. Je doute que ça soit dû au décalage des blind, ça me parrait trop gros pour un soft professionnel.

  • Provoquez les joueurs qui aiment compléter leur small blind, soyez imaginatif, créatif et choisissez bien vos cibles.
  • Les joueurs qui relancent beaucoup en milieu de parole peuvent être exploités de la même façon.
  • Parmi les différentes catégories de joueurs établies à partir de ces deux statistiques, nous avions abordé le “nit” et le “TAG”.
  • Pour obtenir cette information, j’ai pris ma base de données et j’ai regardé combien d’occurrences j’avais pour chacune de ces statistiques.

Le HUD ne vous donne que des informations pour appuyer votre décision. Peu importe la quantité de données que vous pouvez avoir sur les autres joueurs de poker, votre HUD ne vous dira pas comment jouer. Décider de suivre, relancer ou se coucher sera toujours la responsabilité du joueur, et non celle du logiciel.

Poker Range Calculator

Cependant, un joueur qui joue 75 % des mains jouera plus de 50 % du temps dans 97 % des cas. Plus la fréquence est importante plus la statistique est rapidement fiable. Comment cela est relié au PFR et quelles conclusions peut-on tirer de ces deux chiffres ? Et bien, le pourcentage de relance pré-flop est le principal composant du VPIP. Hormis relancer pré-flop, votre adversaire a aussi la possibilité de limper ou de suivre. La différence entre le VPIP et le PFR représente la fréquence à laquelle un joueur limp ou call pré-flop.

Les différents trackers fournissent des statistiques très détaillées sur tous les aspects du jeu. Ci-dessous, une liste des principaux leaks qui valent définitivement une note. Pour l’anecdote, il faut environ un échantillon de situations pour obtenir une marge d’erreur de moins de 1% avec 95% de confiance et, donc, mettre notre adversaire sur une range de 3b entre 6 et 8%. Rien qui nous permette de prendre une décision en toute confiance.

Parmis les stats indispensables a utiliser, on retrouve notamment :

En plus de suivre avec précision vos gains et vos pertes, les logiciels de suivi de poker en direct comme Poker Tracker et Holdem Manager suivent tous les faits et gestes de vos adversaires. Si vous ne jouez que sur une seule table à la fois, il est plus facile de voir qui joue très large ou qui a le dessus puisque vous pouvez vous concentrer sur le jeu. Cependant, jouer sur plusieurs tables peut vous amener à manquer les moindres décisions prises par vos adversaires.

  • Si jamais un joueur paye après une relance UTG, il est assez simple de représenter une grosse main sur flop.
  • Celui-ci ne sait que traiter les données brutes (quantitatif), il n’est pas (encore ?) capable de les qualifier selon le contexte.
  • Il faut garder à l’esprit qu’un joueur moyen passif pré-flop est aussi passif post-flop, et un joueur généralement agressif pré-flop l’est post-flop.
  • Si on se fie au VPIP et PFR de nos beaux trackers, on en déduit les range de nos adversaires.

Mais la marge d’erreur sur un aussi faible échantillon est tellement importante qu’elle ne nous permet, en fait, de tirer aucune conclusion réaliste. Pour un joueur de «live», 122 mains représenteraient déjà un échantillon important. Après tout, vous auriez déjà joué au moins 4h avec lui et vous auriez une assez bonne «vision» de son jeu. Malheureusement, online, nous n’avons aucune information physique (comment se tient-il, s’il se sent confiant, la façon dont il misé etc etc etc) pour nous aider. Et vu qu’on joue presque tous plusieurs tables en même temps, il est plus probable qu’on n’a rien remarqué de particulier sur lui en seulement 122 mains.

Deixe um comentário

O seu endereço de e-mail não será publicado.